Discours de Caroline Leterme pour l'inauguration de la roulotte le 18 septembre 2016

Bonjour à tous !

Merci pour votre venue, à l’occasion de la fête d’inauguration de notre roulotte ! Cette fameuse roulotte, qui a été rénovée grâce à un financement participatif, à hauteur de 2.760 €, avec la participation d’une septantaine de donateurs. Grâce aussi aux nombreux parents, participants au projet, qui ont mené à bien tout le chantier : pendant un an, il a fallu tout refaire, c’était un fameux boulot – et on peut dire que le résultat est plus que réussi !

On n’a pas de registres à On décolle ! : on y va et on y vient… Mais on peut dire qu’en deux ans d’existence, des dizaines de familles sont passées par ici : il y a ceux qui viennent une fois, ceux qui viennent chaque fois, ceux qui viennent plic ploc, ceux qui viennent quand il fait beau, ceux qui viennent et reviennent, ceux qui viennent et ne viennent plus… chacun peut trouver sa place !

A vous tous, donateurs, parents, amis : aujourd’hui, on vous dit un immense MERCI, merci pour la concrétisation d’un rêve. Car l’aventure d’On décolle ! démarre par un rêve, il y a bientôt quatre ans, de créer un lieu de bienveillance et de jeux libres pour les enfants. Et, il y a deux ans exactement, commençaient les sorties en forêt à Royompré.

Alors, comment construire un discours qui soit le reflet de notre aventure, de ce qui se vit ici à Royompré, chaque semaine ou presque ? J’ai choisi de demander aux autres parents de m’envoyer trois mots qui, pour eux, caractérisent On décolle ! Et voici les résultats :

Pour une part, les mots cités touchent à la nature : environnement naturel, terre et nature – c’est effectivement un incontournable de Royompré, cet environnement fabuleux dans notre belle région, qui nous accueille, saison après saison, dans tous ses possibles…

Possibles : est aussi un mot cité, comme découvertes, émerveillement ou encore aventure : tout ce qui fait qu’une fois n’est pas l’autre, qu’on aime revenir, sans savoir ce qu’on va à nouveau faire ou découvrir…

Un groupe de mots désigne également tout ce qui a trait au relationnel, aux interactions : on cite la bienveillance, la rencontre, les amis… Oui, c’est évidemment une notion essentielle, un des piliers dans notre projet, la bienveillance et l’importance accordée aux relations humaines, à la rencontre spontanée, non-dirigée.

Deux mots cités ont été soulignés en lettres capitales par celles qui me les ont transmises, et j’affectionne particulièrement ces mots : il s’agit de JOIE et de PLAISIR. C’est, à mes yeux, le plus bel indicateur de réussite de notre projet – que chacun puisse expérimenter, goûter à la joie et au plaisir lors de nos rencontres…

Enfin, j’en viens aux deux mots cités le plus souvent : il y a d’une part « hors du temps » et, le tout grand « gagnant » car ce dernier mot est cité par chaque parent sans exception : LIBERTE.

Effectivement… ce sentiment de vivre des moments « hors du temps », et de liberté, s’est installé, tout naturellement, au cœur de notre projet et de nos rencontres. On peut se demander pourquoi le mot liberté a été à ce point plébiscité, pourquoi on en ressent si fort la présence à Royompré… J’émets, et vous soumets, une hypothèse : n’est-ce pas précisément parce nous en manquons cruellement, dans d’autres structures et d’autres fonctionnements de notre quotidien ? Chaque enfant (fut-il devenu adulte…) n’a-t-il pas le besoin urgent de pouvoir éprouver la liberté, et d’oublier le temps ? De tels moments faits de liberté et d’oubli du temps ne sont-ils pas, pour nous qui sommes devenus adultes, nos plus beaux souvenirs, les plus mémorables de notre enfance ?

Mais… pourquoi ces moments de liberté sont-ils si marquants et importants dans l’enfance ?
Ma conviction est qu’une telle liberté, non pas seulement écrite sur papier mais réellement éprouvée et vécue, dans des lieux comme On décolle !, dans un laps de temps suffisant pour… oublier le temps, justement, une telle liberté permet à l’enfant qui se construit d’expérimenter, elle lui permet de jouer, de tâtonner, de découvrir, elle lui permet d’être soi. Bref, il s’agit, ici comme dans d’autres lieux, d’éprouver « la liberté qui me dit qui je suis » : un besoin fondamental et central pour se construire et s’épanouir, vous en conviendrez !

Pour ma part, mes plus grands bonheurs à Royompré sont, à chaque fois, de voir les enfants évoluer librement et spontanément, et les observer construire un barrage, jouer dans la boue pour fabriquer des gâteaux ou de la soupe, lancer des cailloux dans l’eau, s’élancer 10, 20 ou 30 fois sur le « toboggan » dans les bois… courir, sauter dans les flaques, crier, se réjouir de la neige… Il faut voir le sérieux et l’intensité de ces jeux et de ces expériences ! C’est un vrai fourmillement de découvertes, d’interactions et d’échanges. Pour moi, il s’agit tout simplement des vrais apprentissages, ceux qui font sens, car ils sont concrets, autonomes et informels, guidés par l’enthousiasme et l’intérêt de l’enfant, en interaction avec d’autres. Et, sans nécessairement filtrer ces moments avec des considérations pédagogiques : il s’agit de moments où les enfants peuvent poursuivre librement leur quête de bonheur, simple et immédiat, dans la vie… Et si je me trompe dans cette interprétation : eh bien, au moins, ça aura été de bons moments passés ensemble et de beaux souvenirs pour plus tard… ça j’en suis sûre ! :o)


Enfin, je trouve particulièrement réjouissant d’avoir vu concrétiser tout ceci (la roulotte, les sorties, le groupe, les enfants heureux de venir à Royompré…) dans le seul « cadre » du spontané, de l’élan, du plaisir et de l’autonomie. Du « non-formel » : nous n’avons pas de structure officielle, pas de reconnaissance, pas de subsides, pas de statuts… Ce qui nous guide est la spontanéité, le dialogue, la construction commune et autonome… Bref : « la culture de l’élan ».

Je trouve cela réjouissant car c’est le signe que les innovations et les changements éducatifs sont possibles, dès ici, dès maintenant. On décolle ! prouve que nous pouvons, à notre échelle, mettre des choses en place qui changent réellement la vie de nos gamins et… qui sait ?… qui participeront peut-être à réellement améliorer leur avenir et le devenir de la planète.

Je ne vais pas davantage m’enliser dans un discours plus militant… :o) Je formule donc simplement, pour clôturer, le souhait qu’On décolle ! continue à être le réceptacle de beaucoup de moments de bonheur pour les enfants et leurs parents, et que notre projet puisse continuer à inspirer, au-delà de notre groupe, pour la mise en place d’espaces de liberté et de bien-être destinés aux enfants !

Je réitère nos plus sincères et chaleureux remerciements, à tous les parents et tous les donateurs (présents aujourd’hui ou non), pour leur soutien au projet et la rénovation de la roulotte ! Merci aussi à tous ceux qui ont participé à la préparation de cette fête, en mettant parfois les bouchées doubles… Et longue vie à On décolle !!